2013 l’industrie française met le cap vers la Chine

Fascinante et redoutable à la fois, la Chine s’impose par son gigantisme et sa capacité à se réinventer sans cesse… La Chine n’est pas un Eldorado en soi mais reste un partenaire économique privilégié de l’Etat français. En 2012, la Chine a été la première destination des IDE, pourtant, les investissements chinois en France n’ont été que de 2%...
La récente visite du ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, en Chine, confirme la volonté du gouvernement de doper les relations commerciales entre les deux pays pour tenter de rétablir un déficit commercial qui se monte à 27 Mds $ soit 40 % du déficit total du commerce extérieur français.
Les observateurs ne s’y trompent d’ailleurs pas, et la parution du guide « Réussir en Chine » par Classe Export, en un exemple probant.

Au-delà de cette « diplomatie économique », les entreprises françaises, sont en première ligne et redoublent d’efforts, en innovant et promouvant leur savoir-faire, pour tenter d’exister au cœur de ce vaste marché.

Et le gouvernement a pris d'ailleurs des mesures ciblées pour les filières « porte-drapeau » qui nourrissent l’espoir d’une reconquête à l’international : TIC, Nucléaire, agroalimentaire, aéronautique, luxe pour ne citer qu’elles.

Le secteur agroalimentaire fait partie des enjeux prioritaires, surtout lorsque l’on sait que la demande mondiale dans le secteur agroalimentaire pourrait croître de 25% à l’horizon 2022 et que la Chine devrait voir ses importations augmenter de 10% par an. Initié par Bercy, le Comité Asie récemment créé, présidé par Michel Nalet, Directeur Général Communication et Relations Extérieures du groupe Lactalis et Président de la Commission développement des exportations de l’ANIA, a pour vocation, non seulement, d’identifier les freins à l’export et de proposer des idées innovantes pour les lever, mais aussi d’apporter des réponses concrètes aux questions et besoins des entreprises en favorisant les actions collectives.

«L’agroalimentaire est une filière stratégique qui emploie plus de 1,5 million de salariés. La conquête de nouveaux marchés est primordiale pour permettre à nos PME de trouver des relais de croissance » rappelle Nicole Bricq.

Autre secteur à enjeu, l’aéronautique. Airbus, filiale d' EADS vient de recevoir une nouvelle commande de BOC Aviation, la filiale de location d'avions de Bank of China, portant sur 50 appareils pour un prix de 5 Mds $ soit 3,8 milliards d'euros. Avec cette toute dernière transaction, les commandes cumulées de BOC Aviation s\'élèvent à 187 nouveaux appareils Airbus au total.
Nos références
bioderma.pngrolland.jpgonly-lyon.pngbusiness en Chine.go export_logo.jpgville-de-valence.jpgvinci-energie.pngffb.pnglogo courbis.giflogo herbarom.gifcerg.jpggirus-ingenerie.pngcegelec.pngflexitech.pngregion_rhone_alpes.pngVente en Chine.escofier logo.jpgrci.pngpoclain_hydraulics.pngrexor.pngsai.pngorganics-cluster.JPGmarkem-imaje.pngsodimas.pngLOGO_ST_JEAN_CMJN.JPGidfa.pngbioderma.pngrolland.jpgonly-lyon.pngbusiness en Chine.go export_logo.jpgville-de-valence.jpgvinci-energie.pngffb.pnglogo courbis.giflogo herbarom.gifcerg.jpggirus-ingenerie.pngcegelec.pngflexitech.pngregion_rhone_alpes.pngVente en Chine.escofier logo.jpgrci.pngpoclain_hydraulics.pngrexor.pngsai.pngorganics-cluster.JPGmarkem-imaje.pngsodimas.pngLOGO_ST_JEAN_CMJN.JPGidfa.png
NOUS CONTACTER